Actualités

 

 

Heading 1

ANNÉE 2020

Séquence du JT du 16 mai 2020
https://www.rtbf.be/auvio/detail_travailleurs-du-sexe-victimes-oubliees-du-coronavirus?id=2636099
Notre réaction envoyée à la rédaction de la RTBF:

"En tant que coordinatrice depuis 25 ans d'un service social d'accompagnement psycho-médico-social et juridique de personnes prostituées, situé dans le Hainaut et le Brabant Wallon, je me permets de vous apporter certaines nuances sur la problématique.

Il est clair que les personnes prostituées sont frappées de plein fouet par la crise du Covid, par conséquent d'un manque de revenu lié à cette activité et aux risques sanitaires encourus.

Toutefois, la réalité de la la prostitution de vitrine à Bruxelles ne reflète qu'une partie du monde de la prostitution. Ce sujet est tellement vaste et diversifié (prostitution de rue, prostitution en privé, prostitution de luxe, traite des êtres humains,....) qu'il me semble  important lors de séquences du Journal Télévisé de ne pas restreindre l'information à une source unique. La reconnaissance d'un statut pour les personnes prostituées pourrait en effet correspondre à certaines personnes, mais n'oublions pas aussi toutes les autres. Celles qui sont dans la rue, dans la toxicomanie, sous la coupe de leur copain (à ne pas confondre avec la traite des êtres humains-TEH),.... Un statut en tant que personne prostituée et/ou travailleur du sexe ne correspondrait certainement pas à leur réalité.

Vous annoncez que 85% des personnes prostituées viennent de l'étranger et sont en situation d'exploitation. de nouveau cela reflète les statistiques de Bruxelles. Mais en ce qui concerne nos territoires d'actions nous sommes à + de 50% de personnes belges et/ou en situation régulière.

Je souhaite donc attirer votre attention sur la nécessité de ne pas faire passer un message global pour une problématique si différente et spécifique à chacun-e.

Je reste à votre entière disposition.

Bonne journée"

 

ANNÉE 2019

25 Mars 2019, journée d’info à la Love Pack Day, grand place à Louvain la Neuve

Heading 1

ANNÉE 2018

  • Témoignage reçu par mail :

Madame L  : << Bonjour à vous tous ! Je suis retournée en France Il y a 4 mois, j'ai arrêté la drogue et le trottoir. Vous allez tous me manquer, sans oublier Lucas !! Je suis une formation et j'ai retrouvé ma fille. Comme quoi, dans la vie, on peut s'en sortir. 

mille mercis à vous qui m'avez accompagné tout au long de ma chute !! Continuez à aider d'autres prostituées. Bisous à tous. >>  

  • Envie d'Amour

Nous avons participé au salon envie d'amour au palais des expo de Namur le 26,27,28 Avril 2018.

                                                                                                                                                                                                                                            

ANNÉE 2017

  • Tam-Tam Médibus

  • Article paru dans l'Avenir le 14 mars 2017 concernant l'application du règlement communal de 2014.

"Prostitution de rue : la précarité en hausse" Didier ALBIN.

  • Interview réalisée dans le cadre de l'émission "Reporters" diffusée sur RTL-TVI le 10 novembre 2017 au sujet des FKK saunaclubs.

 

Lien :

ANNÉE 2015

  • Nous avons participé à l'organisation de cet événement au profit de l'opération Viva For Life. 20/12/2015.

  • Soirée projection débat autour de la prostitution à Charleroi

       Vecteur 28/01/2015 à 20h

ANNÉE 2014

  • Magazine RTBF Devoir d'enquête du 02/04/2014

 

Catégorie : 

Magazines 

Programme : 

Devoir d'enquête

 

Description :

 

1- LA FILLE DANS LE PONT 


Tout commence le 15 janvier 2008, à Ham-sur-Heure, près de Charleroi. Ce matin-là, Albana Margjeka, 30 ans, apprend qu'elle est enceinte. Le soir, elle disparait. 
Pour son mari, Christian De Groote, la jeune femme est partie rejoindre son amant en Albanie, son pays d'origine.
Une histoire qui ne tient pas la route selon la police. Albana ne serait jamais partie sans sa fille de 12 ans.
Mais après 4 ans, aucun indice ne permet de retrouver la trace de la jeune femme ni d'inculper qui que ce soit. Le dossier est devenu une affaire non élucidée.
Pendant toutes ces années, un enquêteur de la PJ de Charleroi cherchera inlassablement la vérité. Sa persévérance va payer. En octobre 2011, il identifie un homme, un vieil ami de Christian De Groote, qui pourrait bien être impliqué dans la disparition.
Cet homme fera basculer l'enquête. Après 4 ans, il craque et indique l'endroit où se trouve le corps d'Albana. Le cadavre est enfermé dans le béton d'un petit pont, à quelques mètres seulement de son domicile.
Dans ce Devoir d'Enquête, cet homme nous raconte les détails de cette macabre histoire et accuse son meilleur ami, Christian De Groote d'avoir assassiné sa propre femme.
D'autres témoins et acteurs de l'enquête ont aussi accepté de nous donner des interviews exclusives. Parmi eux l'inspecteur qui a mené de longues et minutieuses investigations ainsi que la fille de la victime, 19 ans aujourd'hui, qui nous a livré un témoignage éclairant empreint d'émotion.

 

Lien :